Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter 

Dans les stations de métros bruxelloises, l'association CITIZENNE, en collaboration avec le collectif SLAMEKE, a semé des poètes. Certains passants s'arrêtent...

- Vous voulez un poème ? C'est vous qui choisissez le thème, pour offrir ou pour vous-même ?

Le poète discute, pose quelques questions, prends des notes. Il réarrange les mots de l'autre à sa sauce, quelques rimes parsemées, et lui offre un poème personnalisé tout chaud.

Poète public ce sont des moments suspendus, magiques ; c'est remettre la poésie et le partage au centre de la ville. Les poèmes sur cette page, écrits dans l'instantané, sont le fruit de ces rencontres...

Poète Public #76

Poème pour une grand-mère aimante et inquiète


 

Mon petit-fils que j’aime tant,

Tu as bientôt six ans, je te vois devenir grand,

Je suis fière et inquiète en même temps

J'ai souvent peur même si je sais que tu es très intelligent,

Tu as beaucoup d’énergie et tu es très turbulent,

Souvent je prie pour que tu trouves un peu d’apaisement.

Moi, ta grand-mère, je suis déjà vieille et malade,

Et aujourd’hui, je veux te passer un message.

La vie est une promenade, une longue marche,

Un jour, je ne sais plus à tes côtés pour te dire de rester sage.

Mais sache que je resterai toujours avec toi, dans ton cœur,

Je serai la petite voix qui te dit de rester calme, d’être travailleur,

Dans la vie il faut être sérieux, concentré mais aussi rêveur.

Mon petit-fils, les rêves ne se réalisent pas tout seul, il faut être fort,

Il faut être humble, toujours apprendre et reconnaître ses torts,

Il faut que tu saches contrôler ton esprit et ton corps.

Tu m’as fait une promesse, et j’espère que tu la tiendras,

Que tu te souviendras toujours de moi quand je ne serai plus là.

Je remercie Allah d’avoir pu te connaître et t’aimer,

Chaque minute avec toi, Il sait que j’en ai profité.

J’espère que tu trouveras ta voie, que tu seras persévérant.

Je te regarderai de là-haut, et je soufflerai avec le vent,

Oui, je soufflerai tous les jours, sans trêve,

L’amour et la force qui te permettront de réaliser tes rêves.

 

Poète Public #75

Poème pour la maman d’une petite fille curieuse

 

A la maison, deux grands yeux bleus me regardent,

Une petite bouche en cœur me pose plein de questions bizarres :

« Pourquoi le ciel est bleu ? » ; « Comment ça pousse les pâtes ? »

« Maman, dis-moi, où est-ce que tu pars ? »

Marta aujourd’hui tu as trois ans et tu veux tout savoir :

« Qui sont ces gens qui écrivent des histoires ? »

« Ils travaillent dans les stations de métro ? »

A tes côtés, le monde est à nouveau étonnant, rigolo.

« Maman, c’est quoi la poésie ? »

Depuis que tu es devenue ma fille,

le monde est à nouveau plein de merveilles, de magie.

Depuis que je suis devenue ta mère,

Le monde est à nouveau plein de surprises, de mystères.

Je te regarde, je t’écoute et je suis fière.

Pose-moi encore plein de questions,

Promis je prendrai le temps d’y répondre du mieux que je peux,

Laisse-moi passer la main dans tes boucles blondes,

Et savourer chacun de ces moments précieux.

Poète public #74

Poème pour une jeune étudiante

 

Leila, aujourd’hui tu viens de t’inscrire

Et tu marches dans la ville, pleine de question sur ton avenir :

L’université, est-ce que c’est vraiment si difficile ?

Est-ce que tu en seras capable ?

L’impression d’avancer sur un fil,

En regardant le vide, tu te demandes si c’est bien raisonnable !

Il faut ! Car oser n’est pas un choix,

Réussir c’est la mission, pour eux mais surtout pour toi.

Parce que tu veux être indépendante et mettre les tiens à l’abri,

Etre là pour tes parents, chouchouter tes amis et ta famille.

Tu as déjà fait ton choix : anglais et chinois,

Tu sais où tu vas alors tu peux croire en toi !

Leila, tu as deux principaux atouts :

La motivation et la passion,

Ils te mèneront jusqu’au bout,

Tu seras à la hauteur de tes ambitions.

Je te souhaite de retrouver ce poème dans cinq ans,

De rire de ton stress et de tes peurs d’avant.

Ce ne sont pas que des mots, je suis passée par là,

J’en témoigne : oui, on peut en ressortir vivant,

Je sais que tu as la force pour franchir cet obstacle.

Et si ce n’est pas la bonne voie, tu te trouveras dans la suivante

Sois sereine, avance confiante.

Courage, force, patience…

Jusqu’aux prochaines vacances !

__________________________________________________________

Poète public #73

Poème pour une jeune fille déçue

 

Premier amour au 21ème siècle dans les rues de Bruxelles,

Un amour fou, intense et passionnel.

Un amour qui se lève comme un ouragan, une tempête,

Un amour qui détruit tout et ne laisse rien derrière,

Un amour qui occupe tout l’espace dans la tête,

Un amour qui vous retourne et vous met à l’envers.

Le manque de soutien, le sentiment de trahison,

L’abandon, la solitude et la déception.

Pour toi, j’aurais fait tous les sacrifices

Mais tu n’as rien vu, tu n’as jamais dit merci.

Tu t’es même permis de me rendre triste,

Moi qui t’aurais soutenu jusqu’à l’infini.

Impossible de t’oublier, j’ai beau essayer,

Je crois que je t’ai trop aimé.

Te revoir encore et encore, chaque jour,

Me rappelle la force de cet amour.

Si c’était à refaire, je suivrais mon intuition,

Celle qui me disait que tu n’étais pas le bon,

Celle qui me disait de ne pas me laisser berner par mon imagination,

Qui voulait voir en toi celui dont j’avais besoin, le bon.

J’aurais du écouter cette voix qui me disait de ne pas te faire confiance.

La vie c’est sûr est loin d’être rose,

Surtout quand toutes nos émotions se mélangent

Mais au moins tu m’as appris une chose :

Ce n’est pas tout le monde qui mérite qu’on lui donne sa chance.

__________________________________________________________

Poète public #72

Poème pour un futur papa

 

Toi qui arrivera en avril,

Petit poussin sorti d’un œuf de Pâques.

J’ignore encore si tu seras mon fils, ma fille,

J’ai un peu peur, j’ai un peu le trac.

Tu es une jolie surprise,

Tu seras mon plus bel imprévu.

Oui, c’est décidé, sur l’avenir je mise,

Je parie tout, je me mets à nu !

Face à toi, je le promets :

Je serai sincère et vrai

Et je t’apprendrai le respect.

Je ferai tout pour être à la hauteur.

Je te transmettrai mes idéaux, mes valeurs.

Maintenant, je ne suis plus seul : je dois réussir pour toi.

Tu seras la priorité qui guide chacun de mes choix.

Je vais essayer de m’assagir, d’être un exemple

Pour construire un avenir où on sera bien ensemble.

C’est vrai, dans ma tête, il y  a des doutes, des questions

Mais il y a une chose pour laquelle je n’ai aucune hésitation :

Je serai là pour toi, toujours

Et je suis prêt à t’offrir tout mon amour.

__________________________________________________________

Poète public #71

Poème pour un peintre

 

Qu’est-ce que tu vois, toi ? Juste une toile ?

Allez dis-le moi, soulève le voile !

Couleurs douces comme la soie,

Raconte-moi ce qu’elles te dévoilent.

Regarde devant, mais aussi derrière

A l’endroit et puis à l’envers.

Tu es a la fois l’enfant et le grand-père,

Retrouve l’innocence du rêve.

Lis mes peintures comme tu lirais les nuages,

Tu peux y deviner des formes, y lire des messages.

Vois-tu se dessiner un visage ?

Vois-tu apparaître les ruines d’un village ?

Devines-tu le profil de l’oiseau ?

Et la foule qui salue le bateau ?

Qu’est-ce qu’il te raconte, ce regard ?

Vois-tu briller la lumière du phare ?

Laisse parler ton imagination :

Ce que tu vois me diras qui tu es.

Regarde l’ensemble ou la fraction,

Regarde le cœur ou bien l’aspect.

Ecoute tes émotions

Car elles disent toujours vrai.

Un moment, une seconde en suspension :

S’arrêter, juste une fois,

S’arrêter reste un choix

Alors dis-moi… qu’est-ce que tu vois, toi ?

__________________________________________________________

 

 

Poète public #70

Poème pour une amie gri-gri

 

Nada, mon amie, ma sœur, ma lumière,

Toi l’ange gardien qui me protèges sur cette terre,

Tu me fais du bien, tu es mon repère.

Tu es le petit gri-gri qui me porte chance,

La pierre la plus précieuse.

Tu as le temps et la patience,

Tu veux seulement me voir heureuse,

Tu me donnes toute sa confiance.

Entourée par ton amour,

C’est confiante que j’avance,

Ensemble, comme si on se connaissait depuis toujours.

Tu es comme un premier jour de vacances :

Tu m’apaises, me donnes le sourire.

Tu n’es que patience et bienveillance,

Tu m’aides à croire en l’avenir.

Je te regarde et je te garde avec tout mon respect,

Toi, mon autre moi-même, mon reflet.

Tout ce que tu me donnes, j’espère en être à la hauteur

Je serai toujours là pour toi, Nada, mon amie, ma sœur.

__________________________________________________________

 

Poète public #69

Poème pour un jeune couple paisible

 

Toi et moi, complémentaires depuis l’école secondaire

Mais t’offrir un poème ça… c’est une première !

Un petit bonus, un cadeau supplémentaire qui arrive après notre anniversaire,

Juste un poème qui veut te dire un « merci » sincère.

Cinq années déjà passées avec toi,

Quatre années sous le même toit.

J’aime trop cohabitation paisible et sans fracas,

Tout est parfait, il ne nous manque plus qu’un… chat,

Tu n’en veux pas mais je sais qu’un jour tu craqueras !

J’aime toutes ces petites choses qui nous rassemblent :

Les vacances, nos amis et ta main dans la mienne.

On se complète, je trouve qu’on va bien ensemble…

Comme un médecin et une pharmacienne !

Après les études, une autre vie nous attend

Mais moi je pense à nous au présent.

Merci pour ces cinq ans,

Je vais continuer à profiter de chaque moment.

__________________________________________________________

Poète Public #68

Poème pour un BEAU-père

Aujourd’hui, je veux utiliser la poésie

Pour réussir à te dire merci,

merci d'avoir été pour moi comme un père,

d'avoir été un homme présent, gentil et sincère.

Dompter une adolescente de douze ans,

qui n'était déjà plus une enfant...

sacré défi ! Beaucoup se seraient enfuis en courant.

Entre nous pourtant, tout s'est fait naturellement.

Merci pour ces moments de bonheur partagés,

musique à fond dans la voiture, unique complicité,

tous les deux je trouve qu'on s'est bien trouvé.

Les liens de l'amour et de la confiance,

sont bien plus puissants que ceux du sang.

T'avoir pour beau-père a été ma chance,

mon coeur est plein de reconnaissance quand j'y pense.

Je suis devenue une femme complète grâce à toi,

au mille et une choses que tu m'as tranmises :

je sais me débrouiller, faire les bons choix.

Tu n'as fait aucune différence parce que j'étais une fille :

tu m'as appris à utiliser mes mains et ma tête,

grâce à toi je suis indépendante, je sais tout faire :

je ne me sens jamais inutile ou bête.

Tu as rendu ma vie d'adolescente un peu plus douce

et tu as fait de moi une femme pleine de ressources.

Alors aujourd'hui, juste un petit poème,

un poème qui dit « Je t'aime »

Poète Public #67

Poème pour un mari qui fera tout son possible

 

Audrey ma femme, juste un petit poème,

Juste quelques vers qui disent je t'aime

Après cinq ans de mariage,

J'ai envie de continuer à écrire de nouvelles pages…

Et aussi commencer à mieux t'aider pour le ménage !

Je sais que je dois faire plus attention,

Te le montrer par des petites attentions.

Je voudrais être pour toi comme le soleil et ses rayons :

Te redonner le sourire, t'apporter la décontraction.

Je sais comme le quotidien nous use parfois,

Entre la routine, le boulot et le froid…

Chacun lutte et porte sa croix.

Je sais que tu es comme une belle orchidée,

Avec patience, tu refleuris toujours

Accepte d’être parfois déprimée ou fatiguées

Car demain est un nouveau jour.

Moi, je resterai à tes côtés, je m'y sens bien

Dans notre petit cocon, avec notre chat et notre jardin.

Je te promets tout ce que tu aimes : des vacances, de beaux hôtels,

Je te promets que dans mes yeux tu seras toujours la plus belle.

Je ferai tous les efforts qu'il faut pour qu'on se rassemble,

Pour qu'on passe de beaux moments ensemble,

On prendra soin de notre petite nièce Garance,

Quand ça ne va pas, il faut persévérer et prendre patience.

J'aimerais de rendre le sourire, te rendre plus heureuse tout de suite

Dès aujourd'hui c’est promis : tout ce qui te fâche, te rend triste,

Je l’évite !

Je ferai de mon mieux pour t'offrir la vie et l’amour que tu mérites.

Poète Public #66

La nostalgie des timbres et du papier

 

Quand j'étais enfant, avant,

J’avais hâte de devenir grande

Pour recevoir des lettres tout le temps !

Une boîte toujours pleine de courriers,

Des timbres venus du monde entier…

Mais internet et les smartphones sont arrivés,

Plus d'enveloppe à lécher pour les fermer,

C'est facile, c’est pratique : plus de papiers !

Plus de lettres tracées à la main, une police uniforme

Plus de matière, de texture, d'odeur… juste un écran.

Nos lettres ont toutes la même forme,

On les ouvre en un clic et on passe au suivant.

Enfermer des lettres dans un coffre, c’est un art qui s'est perdu,

J'ai la nostalgie d'une époque que je n'ai pas connue,

Où on trouvait dans sa boîte aux lettres autre chose que des factures,

Où on parfumait ses feuilles, où on prenait la plume.

J'ai envie de retrouver l'encre, les ratures, les papiers colorés ou fleuris,

Retrouver le plaisir des sens, des mots, de la poésie,

Alors c'est décidé, je commence aujourd’hui : à mes amis, ma famille,

désormais ce sont de vraies lettre que je veux écrire !

Poète Public #65
Poème pour une maman qui rêve d'aventures

Il y a des jours où le moral baisse,
Où on se sent comme un chien qui a envie de ronger sa laisse,
Envie d’envoyer promener la routine et les obligations,
Toutes ces choses qu'on fait par devoir, pas par passion.
Comme un cheval, envie de sauter par-dessus la clôture,
Galoper à toute allure vers de nouvelles aventures.
Mais il y a les enfants, leurs études, le loyer, les factures,
Les petites habitudes qui parfois aussi nous rassurent.
Alors il faut prendre patience, rester sage,
En attendant le jour où on pourra se libérer de ses entraves
Imaginer les départs, les nouveaux horizons, les voyages,
Le moment de réaliser toutes ses envies, même les plus sauvages,
Le moment de s’épanouir, de découvrir de nouveaux paysages.
La route est encore longue,
Il reste plein de pages à écrire
Mais il restera là, il t’attendra, le monde
Alors garde le sourire !
Merci pour cette rencontre qui n'a rien de virtuel,
Courage Muriel, sais que la suite sera belle !

Poète Public #64
Poème pour un cœur brisé

Un cœur, c’est fragile comme une feuille de papier,
Un cœur, c’est si facile à déchirer ;
Il suffit de trouver le mot, l'image
Qui saura faire couler une larme sur le visage.
En une seconde, l'autre devient un étranger,
En une seconde, on se sent en danger.
Est-ce parce que tu as mal que tu veux me blesser ?
Est-ce ma faute si tu veux me laisser ?
Avec des mots, des explications, je pourrais tout comprendre,
Mais ton silence est une souffrance constante.
Les questions tournent et tournent en rond,
Je reste suspendue, en attente de réponses.
Je me sens impuissante,
Est-ce que je dois encore t'attendre ?
Non, je sais ce que je vaux,
Et je sais le respect que je mérite,
Alors je vais me le redonner au plus tôt,
Je vais me retrouver, et vite !
Retrouver ma fille, son sourire, son innocence
Me rappeler la beauté de la vie et ma chance.
Je ne resterai plus accrochée à tes lèvres,
Si toi tu ne sais pas me donner ce que j’espère,
Alors je reprendrai seule le contrôle de mes rêves,
Ton silence est lourd et même si j'en crève
Je sais au fond de moi que demain est un nouveau jour qui se lève.

Poète public #63

Poème pour une soeur-maman

 

Un petit poème écrit à la Gare du Midi,

Pour toi ma sœur, mon amie, ma vie,

Toi qui vis en ce moment le plus grand des bouleversements :

Me voilà tantine et te voilà maman,

Un tout petit Noah que tu tiens amoureusement dans tes bras,

Pour lui, sincèrement, je ne m’inquiète pas.

A seulement dix ans, alors que tu étais toi-même encore un enfant,

Pour moi, tu jouais déjà le rôle de maman.

Ça n'a pas du être facile, si petite, tant de responsabilités

Pourtant tu t'en es bien sortie, c’est toi qui m'a élevée :

Tu m'as aidée à grandir,

Tu m'as donné le sourire,

Tu es toujours restée à mes côtés, avec moi,

Même quand on a cessé de vivre sous le même toit.

Tu es toujours présente et généreuse

Tu m'as aidée à me sentir heureuse.

Tu as été et tu restes mon modèle :

j'ai vu dans ton âme, et qu'est-ce qu'elle est belle !

Tu es ma petite lumière qui brille dans le noir,

Chaque fois que je pense à toi, ça me redonne de l’espoir.

Quand je regarde ton petit Noah, je me dis : « quelle chance il a :

Il va pouvoir grandir avec une maman comme toi".

Je sais que tu lui donneras tout ce dont il a besoin,

Tu sauras l'aimer, tu sauras prendre bien soin.

Je suis heureuse d'être celle qui t'a permis de t'entrainer,

Noah a la meilleure maman du monde, tu ne dois jamais en douter,

Merci ma soeur-maman pour tout l'amour que tu m'as donné.

Poète Public #62
Poème pour un papa plein d'amour

Yelena ma fille, 21 ans,
Te voilà devenue grande, j'en ai de la chance !
Juste un petit poème pour te dire que tu me manques,
Toi qui me ressembles tant, je pense à toi tout le temps
On est ensemble même à distance.
Tu resteras pour toujours mon petit poussin,
Celle qui me donnait la main.
Quand je t'emmenais à la mer dis-moi, tu t'en souviens ?
Juste un petit poème pour te dire que je suis fier,
Que je te souhaite tout le bonheur de la terre :
Réaliser tes rêves, devenir infirmière.
Un gentil amoureux qui pose des sourires sur tes lèvres.
Juste un petit poème pour te dire que je suis heureux que tu sois ma fille,
Que toi et moi, c'est pour la vie
Depuis que tu m'as appris le sens du mot "famille".
Bonne nouvelle : je vais reprendre le travail bientôt,
Je pourrai t'envoyer quelques euros,
La vie n'est pas facile mais je n'ai pas dit mon dernier mot.
Je me reprends en main, je veux que toi aussi tu sois fière de moi ;
Yelena, toi et moi c'est à la vie à la mort,
Sache que je serai toujours là, quelque soient tes choix,
Ton père qui t'aime si fort.

-----------------------------------------------------------------

Poète Public #61
Poème pour un premier chagrin d'amour

Alexis, Alexis, je n'arrive pas à t'oublier :
Même quand je prends le métro pour rentrer,
Tu es toujours dans mes pensées...
Est-ce que tu m'as ensorcelée ?
Alexis, Alexis, pourquoi m'as-tu laissée ?
Je garde dans la tête tes beaux yeux marrons
Ta gentillesse, ta douceur, tes cheveux blonds
Je me rappelle ton humour, tes petites attentions,
Je pensais que tu étais différent des autres garçons.
Alexis, Alexis, on m'a dit que, l'année prochaine tu changes d'école,
J'espère qu'ainsi tu me libéreras
Car si tu ne m'aimes plus alors... décolle !
Trace ton chemin, bouge de là !
Je t'oublierai enfin pour écrire une autre page,
Le coeur libéré, je pourrai vivre une autre histoire.
J'espère "loin des yeux loin du coeur"
Et que ton absence me rende mon bonheur.

-----------------------------------------------------------------

Poète Public #60
Poème pour Maman Gisèle

Joyeux anniversaire Belle Gisèle,
Ton boubou bleu électrique te donne des ailes
Quand tu marches dans les rues de Bruxelles.
Tu es fille, soeur, amie, mère,
Sur ton visage le sourire d'une femme fière.
Le coeur en paix le regard tranquille,
Non, tu n'as pas peur des années qui défilent...
Mais quand on vieillit si bien, c'est facile :
Gisèle tu ressembles à une jeune fille !
Aujourd'hui, tu marches, tu avances, positive,
Tu restes du bon côté de la rive, le plus fleuri ;
Tu restes du bon côté de la vie, attentive.
Et pour demain Gisèle, je sais que tu as le meilleur à t'offrir :
De l'amour, des sourires, de la franchise.
Oui, la joie est un cadeau qu'on s'offre à soi-même :
Comme un câlin ou un "je t'aime".
Gisèle, cette joie tu sais que tu la mérites,
Alors tu veux te servir et vite !
Gisèle, aujourd'hui c'est ton jour alors profite !
Merci pour cette rencontre, et encore bon anniversaire
À toi Gisèle, maman au sourire communicatif et sincère.

-----------------------------------------------------------------

Poète Public #59
Poème pour un jeune homme accusé à tord qui n'est pas allé à l'école pendant plus d'un an

Il y a des mots qui touchent et qui blessent,
Il y a les cicatrices qu'ils laissent.
Guérir peut prendre beaucoup de temps,
Quand on à piétiné vos sentiments,
Quand vous a critiqué, vous et vos parents.
Non, il y a des insultes qu'on n'oublie pas,
Qui vous suivent partout pas à pas.
Ce sentiment d'injustice, tu ne peux plus le fuir :
Où que tu ailles, il te poursuit.
Souvent, on se demande comment s'en sortir
Puis au fond du tunnel on voit une petite lumière qui brille.
Il faut retrouver un chemin qu'on peut suivre,
Celui qui conduit vers l'espoir, la confiance, le sourire.
Les mots, il faut parfois des années pour en guérir,
Mais aujourd'hui enfin je me sens apaisé, je respire.
Je me sens à nouveau moi-même, je maigris,
Je laisse les problèmes pour retrouver des rêves, des envies.
Et même si c'est vrai, la colère reste,
En regardant par la fenêtre,
Je sens que petit à petit, je m'apaise.
Enfin la place pour imaginer d'autres lendemains
Plus doux, plus beaux, plus sereins.

-----------------------------------------------------------------

Poète Public #58
Poème pour un féministe

Elle danse, elle danse
Elle profite de l'ambiance
Elle twerke, elle ondule
Elle s'amuse dans sa bulle
Elle s'amuse sans calculs.
Autour ils paniquent
chacun y va de sa petite critique
"Ses mouvements sont trop osés"
"Elle fait ça pour nous choquer"
"Elle ne devrait pas s'afficher"
Moi ? Moi je veux défendre sa liberté :
J'me fous de savoir si elle le fait pour les dollars,
Elle danse, elle danse et ça c'est de l'art !
Non, elle n'est pas là pour qu'on la touche,
Elle se moque bien des mots qui sortent de vos bouches.
Cette fille-là, elle ne vit que pour elle,
À vous, ça doit vous sembler irréel :
Elle s'en fout, elle laisse parler les jaloux,
Personne ne peut la contrôler,
La nuit est longue elle dansera jusqu'au bout
Alors... tant pis pour les choqués !

-----------------------------------------------------------------

 

 

Poète Public #57
Poème pour un homme amoureux depuis près de trente ans

Marie, mon amour, ma femme,
Trente de mariage bientôt !
Elle brûle toujours, elle brûle la flamme
Et elle ne s'éteindra pas de si tôt.
Une poétesse me demande ce que j'aime chez toi...
Tout ! Impossible de faire un choix !
Partout où je vais, tu es avec moi :
Nos histoires, nos vies, nos souvenirs s'emmêlent,
Les plages de la République Dominicaine,
Dis-moi, tu t'en rappelles ?
Et la tête du curé, le jour du baptême ?
Parfois je ris tout seul, je soupire d'aise
En songeant à ma belle portugaise.
Ce poème est comme une orchidée,
Ou un bon verre de Porto,
Ce poème pour dire à ma dulcinée
Que je pense à elle quand je prends le métro.
Oui, Marie, pour trente nouvelles années à tes côtés,
Moi c'est tout de suite que je suis prêt à ressigner.

-----------------------------------------------------------------

Poète Public #56
Poème pour une amie qui rêve d'incertain

Kassie, mon amie,
Je t'offre un poème qui te dit de suivre ton coeur,
Sans que l'avis des autres ne te fasse peur ;
Une opinion, des conseils, des critiques de remarques... ça oui, tout le monde en a,
Mais ta vie, elle n'appartient qu'à toi !
Non, à 26 ans, on est pas vieille,
La vie commence à peine !
Regarde briller le soleil
Et rappelle-toi que tu es une Reine.
À 26ans, la vie est devant,
Réaliser tes rêves, tes envies, c'est maintenant !
Au diable les maisons, maris, enfants,
Au diable les plans,
On a le temps !
Et tant pis si ça ne leur plaît pas
Ce besoin de sortir du parcours classique,
Celui que d'autres ont imaginé pour toi
Alors que tu rêves d'aventures, d'incertain, de magique,
Alors que tu rêves d'inventer ta propre voie.
Moi je suis là, je te soutiens, je t'encourage
Et je te le dis, on est trop jeunes pour être sages.
Tu peux choisir ton chemin, apprendre à oser
Moi, je te promets que je serai toujours à tes côtés.

-----------------------------------------------------------------

Poète Public #55
Poème pour une petite gourmande

Les sucreries, c'est vraiment génial
Mais ça doit rester pour des occasions spéciales :
Pour les fêtes et les soirées pyjama,
Vive les sucettes et le chocolat !
Attention, maman a dit :
"Pas tous les jours les sucreries,
Sinon gare aux carries, aux maladies !"
En plus c'est vrai, ça fait grossir...
Mais quel plaisir !
Les biscuits ou les bonbons, moi j'adore leur douceur
Et aussi leurs jolies couleurs.
Parfois c'est vrai, c'est trop sucré
Et puis parfois pas assez,
Mais parfois c'est juste... parfait !
Des grimaces quand c'est acidulé,
Des sourires pour le chocolat-au-lait,
Miam miam le Côte d'Or :
Moi je l'adore !
Oui, moi, Yuma je le dis et je le crie :
"Les sucreries c'est la vie!"

-----------------------------------------------------------------

Poète Public #54
Poème pour celui qui doit passer des examens

Ça est, les examens approchent :
Réponses aux questions et petites cases qu'on coche.
Bons points, mauvais points,
Être à l'heure, stresser du soir au matin.
Retard, rapports, travaux et peur au ventre,
Et puis les résultats à attendre, attendre, attendre...
Comment ne pas se laisser submerger ?
Tant de matière à étudier !
Comment ne pas paniquer,
Ne pas douter de ses capacités ?
Allez, respirer, respirer encore, se concentrer,
Se répéter en boucle "Je peux y arriver !"
Chercher en soi la force, la confiance,
Garder patience,
Puis aussi, un peu, compter sur la chance.
Je travaille dur pour atteindre mes objectifs
Je ne me laisserai pas anéantir,
Je fais tout mon possible pour rester positif,
Oui, je veux croire en l'avenir.

-----------------------------------------------------------------

Poète Public #53
Poème pour celui qui jeûne (Ramadan 2019)

Les journées s'étirent, longues, si longues
Lentement, seconde après seconde.
Tenir un jour, tenir une semaine, tenir un mois
Une heure à la fois
Tenir grâce à la foi.
Transformer la faim en patience,
La soif en résilience,
Le rejet en tolérance.
Donner, sans attendre de récompense,
Recevoir pour se rappeler la reconnaissance.
S'imposer cette souffrance
Sans opposer de résistance.
Faire de la place en soi, accepter la privation,
Pour apprendre à s'élever au-dessus de la frustration.
Que la colère se fasse acceptation
Que la foi nous élève au-delà de nos passions.
Lentement, seconde après seconde,
Merci à toi qui jeûne, pour ton salut et celui du monde.

-----------------------------------------------------------------

Poète Public #52
Poème pour la petite-fille d'une grand-mère lumineuse

Lisa, ma petite fille,
17 ans et demi.
Devant toi, il y a l'avenir
Et quand j'y pense j'ai le sourire.
J'ai été comblée de bonheur par mes enfants,
Et aujourd'hui par mes petits enfants.
J'ai la chance de vous voir régulièrement
Et de vivre entourée par une famille bienveillante.
Lisa, ça y est, c'est enfin le printemps
Je te regarde éclore comme une fleur des champs.
Te voilà si belle, le corps renforcé
Par des heures de natation synchronisée.
Te voilà à la fois forte et élégante,
Je suis si fière que mon coeur chante.
Lisa, ma petite fille, bientôt les vacances :
Les voyages, les festivals, les romances
Je te souhaite de beaux moments, d'inoubliables instants
Partagés avec des gens qui t'aiment tendrement.
Lisa profite, profite,
On le sait l'été passe toujours trop vite
Va respirer un peu d'air pur
À ton retour, je serai là pour écouter tes aventures.

Poète Public #51
Poème pour une maman dévouée

Maman Leyla, un petite poème
Pour te dire que je t'aime,
Toi qui es toujours là quand j'ai un problème,
Tu es toujours à l'écoute,
Quand j'ai peur, quand j'ai des questions, des doutes.
Je suis très fier d'être ton enfant
Et je serai toujours ton petit, même si je suis le plus grand.
J'adore quand tu m'emmènes au restaurant
Et quand on regarde des films ensemble.
Maman, merci pour ton aide, tes encouragements.
À l'école, je ne suis vraiment pas le plus fort
Mais je te promets de continuer à faire des efforts,
J'essaierai de rapporter des bons points
Et de te rendre heureuse avec un beau bulletin.
Il y a beaucoup de mamans dans Bruxelles,
Mais pour moi tu seras toujours la plus belle.

Poète Public #49
Poème pour une BFF

Oumaya, ma BFF, ma meilleure amie,
Une copine comme toi, je n'en ai qu'une dans ma vie,
Tu es la seule à laquelle je peux tout dire,
Me confier sans réfléchir,
Me dévoiler sans mentir.
Avec toi, pas besoin de faire semblant,
Car tu n'as aucun jugement.
Ça fait tellement de bien de pouvoir être soi-même,
De passer du temps avec quelqu'un qu'on aime.
Tu es mon âme-soeur, mon miroir,
Dans tes yeux, je peux me voir,
Retrouver confiance en moi.
Ensemble, pas besoin de faire quelque chose :
On s'assied et on cause, on cause, on cause,
On cause jusqu'à oublier que la vie n'est pas toujours rose,
On cause jusqu'à oublier que le temps file,
On cause jusqu'à oublier que rien n'est jamais facile,
On cause pour rêver à demain, à nos projets, à nos envies,
On cause pour se sentir en vie.
Oumaya, tu es celle qui sait me rendre heureuse,
Tu es et resteras mon amie la plus précieuse.

Poète Public #48
Poème pour un peintre satisfait

Khaled marche gaiement dans la capitale,
il a le sourire aux lèvres aujourd'hui,
il vient de poser la touche finale
ça y est : son oeuvre est enfin finie !
Six mois de recherches, de travail,
assembler les traits, les couleurs, créer de la vie,
Le défi est de taille :
tracer chaque personnage en détails.
Réussir à créer « La foule »,
cette foule de gens qui attendent et regardent
le temps qui coule, s'écoule...
tic-tac, tic-tac,
plus proche de la mort à chaque seconde,
c'est le destin du monde.
Au bout de la vie comme au bout de la rue,
c'est l'inconnu.
Alors attendre. Et défier la peur d'un sourire,
ou bien se morfondre en soupirs.
Chacun sa voie, chacun ses choix
face au temps qui s'écoule
Et toi ?
Qui es-tu dans la foule ?
Khaled a mis dans son tableau tout ce qu'il a dans la tête.
Il marche dans les rues, le coeur en fête :
ça y est, cette fois, son oeuvre est prête.

Poète Public #47
Poème pour la grand-mère guinéenne d'un futur grand médecin

Safiatou, ma grand-mère,
même si tu ne parles pas bien français,
il n'y a qu'à toi que je puisse adresser un poème,
Et qu'importe la langue si c'est pour dire « je t'aime ».
Chaque jour, où que j'aille, je te garde dans mes pensées,
tu m'accompagnes et me donne la force d'avancer.
Toi qui m'a élevé, depuis tout petit,
toi qui m'a bercé, m'a nourri,
toi qui a veillé sur mes jours et mes nuits.
T'avoir eu pour grand-mère, c'est ma chance,
mon coeur se gonfle d'amour quand j'y repense.
Tu m'as appris la saveur de la reconnaissance
et aujourd'hui, c'est encore grâce à toi que j'avance.
Je suis devenu un homme, mais face à toi,
je serai toujours un enfant.
Tu es celle qui m'a transmis la foi,
la patience et la persévérance.
Tu n'attends pas que je sois devenu un grand médecin,
Pour être fière de moi et m'applaudir de tes deux mains,
Mais tu es celle qui m'a permis d'accomplir mon destin
Et je veux t'offrir de plus doux lendemains.
Je sais que quelqu'un te traduira ces mots,
que ma voix te parviendra comme un écho.
Safiatou, c'est toi, ma langue maternelle,
ma source d'amour originelle.
Ce petit poème venu de Bruxelles,
Pour te souhaiter la vie éternelle.
Sur terre, on a tous besoin d'un ange gardien,
merci, merci d'avoir été le mien.

-----------------------------------------------------------------

Poète Public #46
Poème pour une maman qui voudrait juste une petite place

Jérémie, mon fils, mon grand,
je sais que tu n'es plus un enfant depuis longtemps,
je sais que tu es devenu indépendant.
Je suis fière que tu sois devenu un homme :
tu as trouvé l'amour, tu es autonome...
Mais en ce jour de fête des mères,
je voudrais te demander de me faire une petit place,
entre ta passion pour la musique et ta carrière,
retrouver des moments juste pour nous, des moments de partage.
Promis, je ne te harcèlerais pas si tu es malade,
promis, je sais que tu n'es plus le bébé auquel je donnais sa panade...
Mais tu es mon fils, le seul, l'unique.
Je ne veux pas t'étouffer je sais qu'il faut que tu respires,
je demande juste une petite place, même si la vie te fait courir :
mille choses à faire, mille obligations à remplir.
Je voudrais juste qu'on retrouve le temps de discuter,
que tu m'expliques tes sentiments, tes pensées,
oui juste une petite place à tes côtés, une place juste pour moi
car le temps file et on ne le rattrapera pas,
car en terme de famille, je n'ai que toi,
alors juste un petit poème qui dit « je pense à toi, ne m'oublie pas,
quand tu voudras, moi je suis là »

-----------------------------------------------------------------
Une année à travailler comme Poète Public plusieurs jours par mois. J'ai collecté une centaine de textes issus de ces rencontres, des poèmes écrits en quelques minutes, grattés sur le coin d'une table dans une station de métro de Bruxelles et offerts à ceux qui ont commandé. Chaque fois, un poème écrit à partir des mots de l'autre, de ses phrases, de ses réflexions mais réarrangés à ma sauce. Moment capturé dans la ville. Polaroïd. Cet été, chaque jour, je vous partage un de ces textes.
---------------------------------------------------------------------------------
#PoètePublic #LetsMeetro

Poète Public #45
Poème pour un amour venu des montagnes du Riff

Anas, mon amoureux, mon ami, mon chéri, mon copain,
Voilà trois ans maintenant qu'on marche main dans la main.
Tu parviens à rendre la ville plus belle :
Maintenant, j'ai le sourire aux lèvres quand je marche dans Bruxelles.
Non, la vie n'est ni un fleuve tranquille, ni un champ de roses,
Mais avec toi j'ai appris tant de choses.
J'ai rencontré un homme avec un grand coeur,
Toujours prêt à protéger les autres quand ils ont peur,
Un coeur plus grand que les montagnes du Riff,
Oui, un homme profondément gentil mais jamais naïf,
Un homme qui ne tolère ni le racisme, ni le sexisme,
Un homme plein d'empathie, une âme sensible.
Anas, je voulais juste te dire : courage,
Après les études il y aura la vraie vie, les voyages,
Ça prend tant de temps, tant de persévérance,
Mais je resterai à tes côtés pour te souffler "patience",
Je ne suis pas pressée, je te fais confiance,
Ne t'inquiète pas je suis bien, je suis à ma place
Je resterai aux côtés de mon petit ananas.


 

Poète Public #44
Poème pour la maman d'une une âme-soeur

Maman, toi qui n'a pas la même couleur que moi
Et à laquelle je ressemble tant pourtant,
Toi qui ne vis pas dans la même ville que moi
Et qui me manques si souvent.
Tu m'as tout donné, tout appris,
Depuis le tout premier cri.
Quand je marche dans les rues de Bruxelles,
Je pense à ton sourire, tes longs cheveux poivre et sel,
Toi qui as arrosé mes racines et fais pousser mes ailes,
Dans mes yeux, tu resteras la plus belle.
Toi qui m'encourages à chaque fois,
Qui me soutiens dans mes choix
Tu m'as transmis, tu m'as offert
"L'invitation au voyage" de Charles Baudelaire
Tu m'encourages à vivre ma vie, parcourir la terre...
Mais tu restes toujours avec moi, dans un coin de ma tête,
Maman, tu es mon seul "chez moi".
Est-ce que tu le sens, quand je pense à toi ?
Je sais que tu m'aimes, que tu ne m'oublies pas,
Mais je voulais que tu le saches : tu me manques parfois.


 

Poète Public #43
Poème pour celui qui jeûne (Ramadan 2019)

Se priver pour réapprendre à savourer.
Se taire pour réapprendre à écouter.
Laisser tomber les certitudes.
Laisser tomber les habitudes.
Mettre son âme à nu, redevenir sincère.
Se rappeler que le confort est éphémère,
Comme tout ce qu'on s'imagine posséder sur cette terre.
La frustration, la peur, la colère,
Les accueillir, les reconnaître,
Les transformer pour mieux renaître.
Donner aux inconnus, à ceux qu'on aime,
Donner pour se faire du bien à soi-même.
Le jeûne est un long voyage
Avec son propre cœur comme unique paysage,
avec pour nous guider la voix des sages.
Se vider pour mieux faire de la place
À toutes ces choses qui jamais ne se remplacent :
La famille, l'amitié, la solidarité, le partage.
Faire de la place en soi,
et accueillir la foi.
A toi, toi qui jeûnes, pour toi, pour moi, pour nous tous,
Qu'après les sacrifices, les récompenses te soient douces.


 


 

Poète Public #42
Poème pour une fille qui a des choses à apprendre à sa mère

Mama Rahma, on me propose un poème ;
immédiatement je réponds : "écris-en un pour ma mère,
pour lui dire à quel point je l'aime...
malgré son mauvais caractère !"
Mama c'est vrai, tu es peu expressive, peu sentimentale,
mais je sais que tu es sincère, que tu ne cherches pas à faire du mal
et que sous ta carapace, parfois ton cœur s'emballe.
Tu n'es pas méchante, non, mais tu manques de tact
et parfois tes remarques sonnent comme des claques,
ça peut blesser ceux qui ne te connaissent pas
mais moi tu sais, je t'aime exactement comme ça.
Je sais que tout ton amour,
tu le mets dans tes petits plats,
dans les bonnes odeurs qui sortent du four.
Oui, ton amour, tu le mets dans le temps passé pour faire plaisir :
tu continues à ranger nos chambres en refusant de nous voir grandir.
Je sais qu'il n'existe pas une chose dont tu ne pourrais te priver,
pour faire le bonheur des tiens.
Alors ton amour, c'est vrai que tu n'as pas besoin de savoir l'exprimer ;
mais avoue-le, il serait peut-être temps d'apprendre à faire un câlin !
Je suis là pour ça, ça tombe bien :
en affection je gère et je te donnerai des leçons ;
s'offrir des petites doses d'amour au quotidien,
Viens dans mes bras mama, lâche la pression.
L'amour que tu mets dans ton pain, tu peux aussi le mettre dans tes mots, dans tes mains,
apprends à dire "je t'aime" plutôt qu'à offrir des bonbons,
apprends à choisir les mots avec douceur, avec soin.
Je ne te demande pas une grande transformation,
juste d'essayer un peu, au moins,
et si tu n'y arrives pas, je te le promets, nous en rigolerons,
et je te taquinerai jusqu'à la fin.
Mama, à tes côtés, je serai toujours à la maison,
je t'aime comme tu es, tu es la seule dont j'ai besoin,
allez... viens !


 


 

Poète Public #41
Poème pour une fiancée à la veille de son mariage

On le pense et on le dit :
"Oui, cette fois, on se marie !"
C'est l'impatience, l'excitation,
mais aussi l'arrivée des questions :
Est-ce qu'on sera assez solides ?
est-ce que l'amour ça dure toujours ?
Est-ce que c'est possible ?
On voudrait être aveugle et sourd
quand la joie se mêle aux doutes.
Dis, est-ce qu'on s'aimera avec des rides ?
Entre nous, est-ce que ça restera limpide ?
Puisque le temps défile, puisque la routine lasse,
Dis-moi, tu crois vraiment que tous les orages passent ?
Est-ce que tu commettras des fautes ?
Et moi, n'aimerais-je jamais un autre ?
Parfois, ivre sous les questions, je titube
je me noie dans une mer d'incertitudes.
Et puis à d'autres moments, je me sens en paix à tes côtés
et je me rappelle exactement pourquoi je veux t'épouser :
tes mots et tes caresses qui ne me laissent pas de marbre,
ta stabilité qui me rassure, ton calme.
Alors je pose les yeux sur notre fille, notre pépite, notre lumière
et je sais qu'elle nous donnera la force
Elle illuminera nos cœurs sombres après les tempêtes, elle apaisera la mer.
Oui, cette fois, je crois que je suis prête.
Je veux y croire, on sera unis, à travers la distance
Unis, par le vœu de nos alliances.


 

Poète Public #40
Poème pour celle qui tourne en rond en attendant le train de son amoureux

Attendre, encore attendre
sentir peser le poids de chaque seconde.
Attendre, encore attendre,
le temps s'étire et s'allonge.
Loin de toi,
je m'éloigne de moi
comme incomplète parfois.
Attendre, attendre,
échanges virtuels à distance,
ne plus supporter le silence.
Attendre, attendre,
Apprendre à prendre patience.
Enfin, te retrouver,
te sentir, te toucher,
fusion partagée, sans douter.
Savourer le temps qui soudain file :
les interminables secondes d'hier
sont aujourd'hui volatiles :
Elles s'enfuient, elles défilent,
elles glissent toujours trop vite...
C'est déjà fini.
Attendre, attendre
et apprendre la science
de ceux qui savent s'aimer à distance.


 

Poète Public #39
Poème pour une femme "pas comme il faut"

Je crois que je ne suis pas "comme il faut",
c'est ce que me disent les autres.
Je crois que je bizarre, que je ne suis pas "normale",
c'est ce que me disent les gens banals.
Ca me fait mal.
Je crois que je n'arrive pas vraiment à être "moi"
mais personne ne m'a donné le mode d'emploi.
Peut-être que je suis toute retournée, tout à l'envers,
mais qui pourra réparer mes manières de travers ?
Personne ne m'explique comment on change,
je perds confiance, je me sens étrange.
Il y a les critiques, les regards,
le sentiment d'être en avance, ou en retard.
Exclue, les autres ne veulent plus de moi.
Pourquoi ?
Qu'est-ce que j'ai fait ?
Je ne comprends pas.
En moi, quelque chose leur déplaît.
Je veux comprendre, mais ça m'échappe.
Reste les larmes, les rires passent à la trappe.
Reste le sentiment d'injustice, si révoltant ;
non, je n'aime pas faire de drames
mais j'ai le cœur d'un enfant ;
en dedans, je suis une petite fille pas une femme.
Ma vie n'est qu'une lutte :
Est-ce que je dois devenir adulte ?
C'est trop facile de dire "il faut changer de chemin",
moi j'ai besoin qu'on me prenne par la main :
besoin qu'on prenne le temps, qu'on m'explique,
qu'on me conseille et pas qu'on me critique.
Dis-moi ce qui cloche, ce que j'fais pas bien,
fais pas de reproche, moi j'y peux rien.
Où est cette personne qui pourra m'aider ?
Où sont ces personnes qui pourront m'aimer ?
Je cherche encore les réponses à mes questions,
j'ignore pourquoi je n'arrive jamais à trouver ma place,
Je poursuis ma route malgré l'incompréhension,
vais-je un jour retrouver ma trace ?


 

Poète Public #38
Poème pour celle qui a trouvé l'homme qu'elle méritait

David et Nina sont devenus "Davina"
Deux mèches distinctes qui s'emmêlent pour former une seule tresse,
bien serrée, bien solide, bien épaisse.
Mon amour, trois ans déjà. Un café, un coup de foudre réciproque,
tu m'as coupé le souffle, dans ma poitrine un choc.
Tu es d'abord devenu le meilleur ami du monde
et j'ai réalisé que je ne pourrais plus vivre sans toi une seule seconde.
Pourtant le moment n'était pas propice, la période difficile,
mon divorce me laissait meurtrie, fragile.
Avec toi, j'ai eu la sensation de revivre, de renaître ;
vivre l'amour et le bonheur dans chaque partie de mon être,
à nouveau me sentir belle, me sentir fière.
Comprendre que la douleur existe, mais que la joie peut se cacher derrière
et qu'on la savoure encore plus fort quand on a souffert.
Mon amour, tu es l'homme de mes rêves ;
un homme qui semble ne jamais se lasser de moi et me traite comme une reine,
un homme attentionné qui sait guérir toutes mes peines,
un homme dont le plaisir est d'être mon chauffeur personnel,
qui aime aller me chercher aux quatre coins de Bruxelles ;
un homme qui me chouchoute, qui me dit que je suis belle ;
un homme affectueux, respectueux ;
un homme que j'espère rendre toujours heureux ;
un homme prêt à tout pour voir un sourire sur mon visage
un homme qui n'a peur ni du ménage, ni du repassage, ni du bricolage,
un homme qui aime sa mère et la respecte,
un homme qui fait toujours passer les autres avant lui-même,
un homme qui pour faire les courses n'a pas besoin que je lui fasse de liste,
un homme contre lequel se blottir en regardant un film ou quand je suis triste,
un homme romantique qui me fait des câlins,
David, j'espère qu'on se donnera toujours la main.
Aujourd'hui, je remercie Dieu d'avoir exaucé mes prières :
tu seras le plus doux des maris et le meilleur des pères.

-----------------------------------------------------------------


 

Poète Public #37
Poème pour une fille reconnaissante

Anny, Oswald, un poème pour dire que je vous aime,
un poème pour dire Merci,
même si tous les mots du monde sont trop faibles,
même si tous les mots du monde sont trop petits.
Je suis si fière d'être votre fille ;
Vous, mes parents cool, drôles et gentils.
Maman toi qui n'est avare ni en affection pour me câliner,
ni en petit surnoms pour m'appeler :
je reste ta princesse, ta minette, ton bébé
même si elles passent, elles filent les années.
Papa, merci pour les conseils qui font avancer :
se fixer des objectifs, se challenger ;
merci pour ton soutien dans tous mes projets.
Le plus beau des cadeaux, vous me l'avez offert :
de la confiance en moi, de la force,
de l'ambition pour ouvrir toutes les portes.
Vous m'avez donné les meilleures armes :
respecter les autres, leur offrir un sourire qui désarme.
Vous êtes ceux qui savent comment sécher mes larmes,
vous êtes mon oasis de paix, loin des drames.
Avec vous, je respire, je reprends mon souffle,
avec vous je réfléchis, je me ressource.
Oui, tous les "mercis" semblent trop infimes,
mais de vous, je serai toujours digne.


 

Poète Public #36
Poème pour celui qui sait aimer dans l'impermanence

Tout passe,
s'efface.
La vie est cette eau froide
qui nous coule entre les doigts,
insaisissable.
Les êtres s'en vont parfois,
nous restons là.
Seuls avec nos doutes, nos choix.
La vie danse,
mouvements,
secousses du temps.
Tout change.
Comment t'aimer, si demain tu n'es plus là?
Comment éviter les larmes,
le manque, la rage, les drames ?
Comment t'aimer, si demain je pars,
si demain tu t'en vas ?
Peut-être t'aimer en dansant,
t'aimer libre, t'aimer en mouvement,
t'aimer sans rien attendre.
Peut-être t'aimer comme on aime la vie :
t'aimer parce que tu vas partir.
Et prendre ce temps-là,
ce temps-là, avec toi,
puisque l'eau froide nous filera
toujours entre les doigts.
Peut-être t'aimer éphémère,
volatile comme l'air.
Peut-être s'attacher sans attache,
puisque tout passe.


 

Poète Public #35
Poème pour Aube
*bénévole de l'association DoucheFLUX, responsable du magazine trimestriel vendu par les sans-abris à Bruxelles

Ne pas accepter.
Ne pas se résigner.
Ne pas passer sans s'arrêter.
Ne pas garder les yeux baissés.
Ne pas rester les bras croisés.
Agir
Agir comme on peut.
Agir de son mieux.
Dignité pour tous,
juste le temps d'une douche.
Une association qui accueille,
ne laisse personne sur le seuil.
Un journal pour dire :
écrire, raconter, rentre audible,
se battre pour révéler l'invisible.
Pas le temps pour qu'ils s'attardent ?
Alors montrer, montrer jusqu'à ce qu'ils regardent.
Des êtres humains,
Le froid, la faim.
Qui est au bout de la main ?
Qui est de l'autre côté du gobelet ?
A qui refuses-tu un regard, une pièce de monnaie ?
Aube est un jour qui se lève :
une tornade d'énergie, une tempête, un rêve.
Aube s'engage, se bat et m'inspire
elle ressemble à ce que j'imagine pour l'avenir.
Merci Aube, pour cette rencontre,
pour l'espoir que tu offres, à moi et au monde.
Parce que sur tes épaules,
il y a ta vie et celle des autres,
je t'envoie de la force,
en toi, l'humain s'amorce,
en toi demain s’amorce.


 

Poète Public #34
Poème pour celui qui cherche un peu d'air et de lumière

Quand tu es resté trop longtemps au fond du gouffre,
que tout ton être souffre,
Quand tu es resté trop longtemps au fond du trou,
que tu n'y crois plus beaucoup.
Quand tu es resté trop longtemps sans respirer, la tête sous l'eau,
l'espoir étouffé, englouti par la marée haute,
quand la tristesse t'entoure et qu'on ne voit plus rien d'autre...
Essaie de te rappeler que toujours reviennent les vents favorables,
Essaie de te rappeler que toujours la mer se retire et réapparaissent les plages de sable,
Toujours, la lumière revient, vague par vague.
Il suffit d'attendre le bon moment, et se laisser porter,
se laisser entraîner par la houle
et petit à petit retrouver la beauté,
regagner les rires et les foules.
Malgré les coups de la vie, l'horreur du monde,
retrouver la poésie même juste l'espace d'une seconde,
retrouver la magie, la parole, la rencontre.
Oui, ça y est, tu le sens ?
aujourd'hui, il souffle, il souffle le vent.
Oui, ça y est, aujourd'hui,
la mer se retire.
respire.


 

Poète Public #33
Poème pour le deuil d'un frère

Marie, je pense à toi, toi qui viens de perdre ton frère,
une épreuve si difficile dans notre passage sur terre.
Un frère parti et reste l'absence, le manque, le silence,
La douleur qui nous relance à chaque fois qu'on y pense.
Je voudrais pouvoir souffler sur ta blessure,
pour apaiser ta souffrance.
Je suis bien placée pour savoir à quel point c'est dur,
mais malgré tout, la vie avance.
Laisse ton frère danser avec les anges,
Il s'est envolé, léger comme un oiseau.
Son corps n'est plus là, mais tu peux sentir sa présence,
il te murmure : "regarde comme le monde est beau".
Rappelle-toi que ton frère aimait plus que tout te voir sourire,
offre-lui cette joie, plutôt que des soupirs,
accroche-toi au bonheur de chaque bon souvenir.
Notre vie sur terre n'est qu'un passage,
ton frère est en paix, viendra le moment où tu le retrouveras.
Ce jour-là, qu'est-ce que tu lui raconteras ?
Une vie de pleurs, une vie de joie ?
A chacun son temps, son histoire, son parcours, son voyage :
les gens qui s'aiment s'attendent tous quelque part.


 

Poète Public #32
Poème pour un jeune garçon qui a tout compris

L'amitié entre les garçons et les filles ?
Moi je voudrais croire que c'est possible :
sans que l'amour s'en mêle, sans jalousie,
sans que les moqueries nous prennent pour cible.
Parce que je suis plus doux quand je suis avec une fille,
plus attentionné, plus gentil,
Je sais que nos différences nous rendent meilleurs :
essayer de comprendre l'autre, ses joies, ses peurs,
ses rires, ses pleurs ; ses plaisirs, ses douleurs.
Fille-garçon, au fond, on se complète
et ensemble, on est déjà moins bêtes.
Garçon-fille, soyons juste amis,
pour une année ou pour la vie,
sans écouter les commentaires, les rumeurs,
parfois il faut juste apprendre à ouvrir son coeur.
-----------------------------------------------------------------


 

Poète Public #31
Poème pour une jeune fille en fleur

L'amour, ça nous met sans dessus-dessous,
On y pense tout le temps et partout,
L'amour, ça peut nous rendre fou !
Tout se mélange dans la tête,
Parfois même on se sent vraiment bête.
Les émotions s'en mêlent et s'emmêlent...
Pourtant je veux y croire : la vie peut être simple et belle !
Malgré la peur de l'engagement,
Parfois il faut se jeter à l'eau
Oser révéler ses sentiments...
En espérant ne pas se prendre un râteau !
Trop de suspens, trop de stress,
Mais on a qu'une vie, le temps presse !
Je voudrais qu'il pense à ce qui nous rassemble,
Plutôt qu'à ce qui nous sépare,
Je voudrais qu'on puisse être ensemble,
Je me moque de la différence d'âge !
Je voudrais qu'il me prenne par la main, avant qu'il ne soit trop tard,
La vie est vraiment trop courte pour rester sage !
Quand l'amour, le printemps, l'espoir se mélangent,
Tout se complique, je n'ai plus envie d'être un ange.
Les émotions s'en mêlent et s'emmêlent...
Pourtant je veux y croire : la vie peut être simple et belle !


 

Poète Public #30
Poème pour une femme généreuse

Aller à l'hôpital pour visiter une quasi inconnue,
Beaucoup pourraient trouver l'idée saugrenue...
Pas Amina,
Elle, elle n'hésite pas !
Quand elle entend parler de quelqu'un qui est seul, qui a besoin de soutien,
Elle aime être celle qui vient tendre la main,
Aux étrangers comme aux cousins,
Aux amis des amis des voisins.
La solitude, Amina sait que ce n'est pas sain,
Et écouter, elle, elle fait ça très bien.
En échange ? Amina n'attend rien.
Tout au plus un sourire,
Qu'on la garde dans ses prières, ses souvenirs.
Certains disent qu'elle est généreuse,
Mais quand elle donne, c'est avant tout elle qui se sent heureuse.
Aider son prochain,
Un peu de temps pour ceux qui en ont besoin :
Quelques minutes ou quelques heures,
Amina offre un peu de sa chaleur.
La paix se lit, sur son visage et dans son coeur.


 

Poète Public #29
Poème pour une jeune fille qui a trouvé la porte close en venant rendre son travail avec 20minutes de retard...

Quand ça ne veut pas rentrer, ça ne veut pas rentrer,
Pourtant on se surprend à s'acharner,
Comme un bébé qui voudrait faire rentrer un rond dans un carré.
On se noie : points, travaux, échéances,
Entre manque de temps et manque de chance.
Un mélange d'insomnie et de stress,
Vite, vite, vite le temps presse !
Sortir de chez soi, les émotions à fleur de peau,
Sentir de l'agressivité dans l'air, les tensions dans le métro.
Avoir l'impression que le capharnaüm à l'extérieur,
Reflète le chaos qu'on a à l'intérieur...
On force, on force, même quand les choses ne fonctionnent pas,
Courir, courir pour... quand même arriver en retard,
Avoir envie de pleurer mais dans sa tête, entendre une petite voix.
Que faire ? L'écouter et s'enfuir !!
Entendre cette petite voix qui me me dit :
"Échappe-toi, prends l'air, respire,
Souffle, calme-toi, relativise :
Au fond qu'est ce qui est important dans la vie ?
Est-ce que c'est si grave, un échec ?
La prochaine fois, là, tu seras prête.
Respire, souris, vide-toi la tête."
Ça y est.
Je sens à nouveau le vent dans les arbres,
Les rayons de soleil sur mon visage,
Loin de la pression, loin de la crise, fièrement je m'éloigne :
Lâcher prise, au final, ça demande beaucoup de courage !


 

oète Public #28
Poème pour un petit garçon qui aime sa maman

Maman Mouna,
Tu es grande, avec des longs cheveux noirs,
Sur terre, je pense qu'il n'y a pas de femme plus belle que toi.
Tu es la plus douce et la plus gentille,
Car même quand je fais des bêtises,
Tu ne te fâches pas trop fort, tu ne fais pas grosses crises.
C'est vrai, je ne suis pas toujours un ange
Mais tu es très patiente, j'ai de la chance.
J'adore quand on regarde des films et quand on fait la cuisine,
Je suis heureux d'être le plus petit pour que tu me câlines.
J'aime trop quand tu me prends dans tes bras,
Je veux jamais me séparer de toi,
Je t'aime maman Mouna.

 


 

Poète Public #27
Poème pour un vieux monsieur écolo

Il est temps de changer :
nous devons tous devenir menuisier,
ensemble, fabriquer un nouvel escalier :
marche par marche,
acte par acte.
Devenir plus responsable,
parfois il ne suffit pas de trouver la voie,
il faut en fabriquer une nouvelle.
Chacun à son niveau, chacun face à ses choix,
pour rendre la planète plus belle.
Les entreprises, les politiciens,
tout comme les citoyens,
avancer ensemble, main dans la main.
Moi aussi, je veux être un menuisier,
j'essaie de participer :
je souris, je me sens bien,
car je suis un, parmi des milliers ;
en vélo, en transports en commun,
c'est une prise de conscience au quotidien,
dans la rue comme au magasin.
Chacun ajoute sa petite marche à l'escalier,
car tous ensemble, je sais qu'on pourrait y arriver :
on pourrait s'élever.

 


 

Poète Public #26
Poème pour une jeune maman

Ayman, Imrane,
mes fils, mes petits trésors
je promets de veiller sur vous, encore et encore.
Ce poème voudrait figer le temps,
car aujourd'hui vous êtes si petits...
et demain vous serez déjà grands !
J'écris ce poème pour vous dire sans détour :
non, ce n'est pas facile tous les jours
mais quand je vous regarde, mon coeur déborde d'amour.
Même les moments pénibles, même la fatigue,
je sais que je vais les regretter quand vous aurez grandi.
Je serai là chaque jour, pour consoler vos chagrins,
je serai là pour apaiser la soif et la faim,
je serai là pour vous prendre par la main.
Je serai là pour croire en vous, vous aider,
et quelque soient vos choix, je resterai à vos côtés.
J'essaierai toujours de comprendre, d'écouter,
je serai là pour vous entendre, vous aider.
Dans ce monde, tout bouge, tout change,
mais une chose ne changera jamais, mes anges :
j'étais, je suis et je resterai votre maman,
Je vous aime éternellement.

----------------------------------------------------------------


 

Poète Public #25
Poème pour une fille qui s'aime (beaucoup)

M'appelle pas "Princesse",
j'ai la beauté d'une QUEEN.
Mon physique n'a aucune faiblesse,
j'ai la même bouche que Kim,
Les mecs sont en kiff,
ils rêvent tous d'me kiss !
Même les miroirs rougissent,
je suis la plus bonne de tes copines,
Je n'ai pas besoin de toi, je m'aime déjà
Viens, approche-toi:
je vais te donner des cours de confiance en soi !
Regarde-moi, je marche fièrement sur la route,
avec moi pas de place pour les doutes !
On me dit narcissique, moi je me trouve réaliste.
Pas besoin d'être rappeur pour pratiquer l'égotrip !
Ils sont tous love de moi,
normal, je suis parfaite jusqu'au bout des doigts.
Faut qu'on m'ouvre toutes les portes,
je le mérite, je suis une femme forte.
Je suis aussi souriante et joyeuse,
mon bonheur je le partage, je suis une fille généreuse!
M'appelle pas "Princesse",
j'ai la beauté d'une QUEEN,
aucune faiblesse :
je suis la plus bonne de tes copines.


 

Poète Public #24
Poème pour un petit garçon qui aime l'école

Un poème pour ma classe,
Avec vous j'ai trouvé ma place.
Le matin, quand j'arrive à l'école, je suis heureux :
Retrouver mes copains ça me rend joyeux.
Grâce à vous tous, j'aime aller à l'école :
On s'amuse, on joue, on rigole !
Tous ensemble, on est comme les légumes dans une soupe :
On se mélange et on partage la même casserole,
On apprend à travailler en groupe,
On écrit, on dessine, on découpe et on colle.
Merci madame Géraldine pour vos efforts,
Vous voulez qu'on devienne super forts.
Et même si parfois vous nous donnez des punitions,
On vous aimera toujours.
En classe ou à la récréation,
Grâce à vous tous, je suis content tous les jours.


 

Poète Public #23
Poème pour une jeune fille qui espère des lendemains plus verts

Environnement :
entre espoir et découragement,
mon coeur balance.
Aujourd'hui, certains préparent l'avenir :
on s'engage, on cherche des alternatives...
Mais sommes-nous vraiment prêts pour le changement ?
Moi je rêve d'un monde qui va de l'avant
et qui, de ses erreurs, tire les enseignements.
Des villes plus vertes,
des consommateurs moins bêtes,
des politiciens qui agissent pour la planète.
On rêve alors on sort, on bouge, on manifeste
mais parfois, autour, tout semble inerte,
figé, bloqué... un vrai casse-tête.
Entre les marches, les pétitions, les revendications,
Entre les lois, les textes, les élections,
On vit, entre rêves et déceptions...
mais on y croit, parce qu'il est temps pour la révolution !
Aux petits actes quotidiens,
aux efforts qui, peut-être, nous mèneront vers de plus beaux lendemains,
On y croit parce qu'il est temps de se donner la main
pour avancer ensemble, enfin


 

Poète Public #22
Poème pour une (belle-)maman
*discours pour un mariage, mission importante !

Je parle déjà beaucoup, dans la vie de tous les jours,
Alors, pour cette journée peu ordinaire :
votre mariage, célébration officielle de votre amour...
je ne saurais me taire !
Votre bonheur est essentiel pour moi,
vous voir ensemble me comble de joie.
Jonathan, Ihssane,
c'est la rencontre de deux âmes...
Deux âmes de Geek, qui se rencontrent sur leur lieu de travail,
deux petits oiseaux qui se prennent le bec et se chamaillent,
que Dieu bénisse vos petites engueulades
car pouvoir tout se dire empêche l'amour de devenir fade,
et je vous le dis, se disputer et se réconcilier à cete vitesse-là...
c'est un art !
Jonathan, mon fils, toi et ton caractère de cochon,
toi et ton coeur grand comme une maison,
prends soin de ma belle-fille,
je suis fière que tu l'aies si bien choisie.
Toi, mon petit curieux, débordant d'énergie,
te voilà devenu un bel homme, zen et tranquille.
Ihssane, ma belle-fille, distraite et tête en l'air,
toujours ailleurs, tu redescends parmi nous pour réaliser tes rêves.
Tu es intelligente, belle, tu prends soin de mon fils,
aime-le très fort, réconforte-le quand il est triste.
Mes enfants, je vous envoie tous mes voeux de bonheur,
restez exactement comme vous êtes, jusque dans vos prise de tête.
Quand je vous regarde tous les deux, je n'ai pas peur,
j'ai confiance, je suis heureuse alors maintenant... faisons la fête !


 

Poète Public #21
Poème pour un fille partie loin

Bahar, ma mère,
un poème venu du fond de l'automne belge,
un poème qui vient te dire que je t'aime.
Grâce à toi, j'ai traversé la mer,
grâce à toi, j'ai découvert la langue française,
grâce à toi, mon esprit et mon coeur sont toujours ouverts :
l'art, la culture, les voyages, les rencontres...
Tu m'as donné des ailes pour découvrir le monde,
mais mes racines elles restent en toi,
toi qui m'a vue grandir, m'a pris dans tes bras.
Tu me manques beaucoup depuis quelques mois,
mais quand je pense à toi j'ai le sourire,
mon esprit et mon coeur sont plein de beaux souvenirs.
Je suis fière de celle que tu es devenue depuis mon départ :
une femme passionnée, avec des flammes dans le regard,
une femme qui sait se réinventer car il n'est jamais trop tard ;
découvrir, apprendre, progresser.
Tu es le meilleur modèle que la vie pouvait me donner.
Je suis la fille de ma mère, et ce pour toujours,
mon amour pour toi est aussi fort qu'au tout premier jour.
Oui, je grandis : je pars et je vis ma vie,
mais je serai toujours ta petite fille.


 

Poète Public #20
Poème pour un amoureux nostalgique

Je me souviens de mon tout premier amour,
la timidité, les mille et uns détours,
les regards discrètement échangés,
les petits mots écrits pour ne pas se parler.
Je me souviens de la toute première fois,
les papillons dans le ventre,
les peurs, les doutes, les premiers émois,
l'innocence de deux âmes, deux corps adolescents,
Qui se frôlent la peau avec des mains qui tremblent.
Je me souviens de ta beauté,
ton rire, et toutes les blagues que j'ai inventé
pour avoir la chance de le voir éclater.
Je me souviens de tes yeux :
quand tu les posais sur moi,
alors ça suffisait à me rendre heureux.
Certains le considèrent futile,
moi je sais que le premier amour est unique, sublime :
une chance, une évidence, un sourire ;
une femme qui pour toujours habite vos souvenirs,
alors où qu'elle soit aujourd'hui,
ce poème, c'est à elle que je le dédie.


 

Poète Public #19
Poème pour une femme sur le fil de l'exil

Partir,
On oublie, on change, on remplace,
Les habitudes, les manières, le langage.
Partir,
Le plus difficile n'est pas de désapprendre ce qu'on a toujours connu,
mais de devoir le réapprendre, une fois qu'on est revenu.
Revenir,
L'exil laisse des marques indélébiles.
Après dix années, si loin de mon île,
je ne suis plus la jeune fille qui vous a quitté :
j'ai grandi, j'ai mûri, j'ai changé.
Mon île, c'est vrai, elle m'a manquée
et mes souvenirs l'ont sublimée.
Revenir.
Et se sentir étrangère dans sa propre maison,
se sentir autre, face à l'océan et l'horizon,
ne pas réussir à se réintégrer parmi les siens,
Comme si nos âmes n'étaient plus sur le même chemin,
Malgré la beauté des plages,
Vivre en décalage.
Retrouver le manque d'argent, de moyens,
le manque d'opportunités pour demain.
Non, je ne suis plus l'enfant d'hier
à qui l'on pouvait dire ce qu'elle doit faire ;
j'en ai parcouru des kilomètres,
on ne m'enferme plus derrière une fenêtre.
Repartir.
Réaliser où on est vraiment chez soi, et qui est sa famille ;
Faire ses propres choix, retrouver ses amis.
Garder espoir, même si c'est diffficile :
on ne repart jamais vraiment de zéro, quand on a voyagé,
quand on a tant appris, et qu'on a le sourire d'une si jolie petite fille à ses côtés.


 

Poète Public #18
Poème pour un ado manipulateur

Maman, papa,
c'est vrai. Je vous ramène un bulletin pourri,
mais vous pouvez le croire, ça ne me fait pas sourire.
Je n'ai aucune envie de gâcher les fêtes
et malgré mes résultats, vous savez que je suis loin d'être bête.
C'est vrai, j'ai raté mes examens, je ramène un mauvais bulletin,
mais avec la moyenne de l'année, je m'en sors encore bien.
Vous le savez, mon intelligence n'est pas scolaire,
je ne fais pas ça pour vous mettre en colère :
hors de la classe, plein de choses m'intéressent,
je vous promets que ce n'est pas de la paresse !
Je vais tout faire pour me reprendre en main,
je suis capable de remonter la pente,
et je finirai par rapporter de bons points
si vous voulez bien me faire confiance.
Je sais, je vous l'avais déjà promis,
je ne voulais pas vous faire de peine
mais pour vous montrer que j'ai compris,
je vous propose de confisquer mon GSM.
Non vraiment, je n'ai aucune envie de gâcher les fêtes,
malgré mes résultats, rappelez-vous que je suis loin d'être bête,
et puis surtout que je vous aime.


 

Poète Public #17
Poème pour une nostalgique

Se lever tôt, prendre le train.
Pas si simple.
Automatisé, informatisé.
Acheter son billet sans croiser un seul humain.
Trouver l'itinéraire, le bon chemin.
Pas si simple.
Arriver à l'hôpital, enfin !
Automatisé, informatisé,
Pas si simple.
Etre accueilli par des machines, pas des humains.
C'est beau, c'est moderne, c'est propre,
mais ce n'est pourtant pas... sain.
Les écrans ont remplacé les sourires,
il ne restera qu'eux dans nos souvenirs.
Des ombres, des nombres, de la logique,
pourtant on se perd, s'égare, ce n'est pas si pratique,
ça manque cruellement de poésie.
On veut faire simple, tout se complique,
entre les machines et les portiques.
Pas de chaleur, tout est froid,
et on sort fatigué, agacé, aux abois.
Heureusement dans la station : un sourire, un poème,
juste quelques mots, quelques pensées que l'on sème,
C'est si simple.
Dans l'échange, se sentir à nouveau humaine,
Ni robot, ni virtuelle,
Tant qu'il reste la chair et des pensées dans nos têtes,
tant qu'il reste un peu d'amour à mettre dans un texte.
C'est si simple.
Loin du froid des écrans austères,
Je me rappelle que je suis femme, vivante, entière.


 

Poète Public #16
Poème pour un fils reconnaissant

Maman, juste un petit poème,
c'est vrai je ne suis pas très démonstratif,
mais je voulais te dire que tu es mon modèle,
parce que tu survoles les difficultés comme si tu avais des ailes,
Tu ne te laisse pas abattre, tu persévères
Et pour ça je ne respecte.
Je voudrais te voir plus légère,
que tu te relaxes un peu, que tu prennes le temps.
Je sais toutes les choses que tu gères,
mais pense à toi, moi je suis grand maintenant.
Respire maman,
pense à tout ce que tu as accompli,
Tu es forte, tu es une survivante
Tu as réussi à dépasser toutes les épreuves de la vie,
Tu es un exemple.
Maintenant, je veux te voir en bonne santé,
je veux que tu profites de toutes ces années,
le temps est précieux,
te voir heureuse me rendra heureux.
Alexandra, tu as été un soldat,
une battante, une guerrière, maintenant écoute-moi :
S'il te plait, repose-toi.


 

Poète Public #15
Poème pour l'amoureuse d'un homme malade

On savoure mieux le temps quand il nous manque,
quand on cesse de penser qu'on vivra éternellement
A tes côtés, j'apprends à voir le monde
avec des yeux plein de lumière
Profiter de chaque seconde,
de chaque sourire, chaque courant d'air.
Aimer, aimer encore,
avant de partir vers une autre histoire.
Aimer, aimer plus fort,
quand l'autre devient un miroir.
Je suis en bonne santé.
Tu es malade.
Ensemble, on peut profiter,
d'un dernier voyage, d'une belle balade.
Comme si on ne les avait jamais vues,
découvrir la mer et la beauté des rues.
L'amour, je n'y croyais plus
Et le tien me bouscule, inattendu.
Le coeur ouvert, main dans la main,
nos yeux plein de lumière sur le chemin.
Trouver la paix, et savourer, toujours :
s'ouvrir, s'ouvrir à l'amour
Puisque tu vas partir, illuminons nos jours,
puisque la vie est belle, comme nos parcours,
puisque nos routes se croisent et se retrouvent,
toujours.


 

Poète Public #14
Poème pour un colocataire

Mon cokoteur*, mon colocataire, mon ami,
Voici que je t'offre une poésie :
un poème de ménage, avec ménagement :
un remarque contre un compliment.
Tu vois, je prends soin de tes sentiments,
et ce pour le bien de notre appartement.

Plus souvent, tu feras la vaisselle et débarrasseras la table
(mais sache que j'adore ton caractère sociable)
Plus souvent, tu passeras l'aspirateur dans le salon et la cuisine
(mais sache que c'est beau d'être comme toi un homme sensible qui a plein de copines)
Tu nettoieras les toilettes un peu mieux
(mais je craque face à tes beaux yeux bleus)

Je te le dis, t'es un bon pote,
et j'adore partager ton kot !
Toujours au cercle pour boire des bières,
je t'aime même quand l'alcool te rend pas fier.
Je te demande pas de devenir sage...
Juste un effort pour le ménage !

* Kot = appartement d'étudiant en belge^^


 

Poète Public #13
Poème pour une épouse impuissante

Mon mari, ce poème pour te dire d'être fort malgré la maladie,
garde patience un jour, le soleil brillera à nouveau sur ta vie.
Je voudrais que tu puisses voir le monde à travers mes yeux
pour que tu ailles un peu mieux.
Car même quand mon coeur est triste, que le ciel est gris,
je me rappelle toujours que la vie est jolie.
Je voudrais que tu puisses sentir la force de la nature,
quand on s'éloigne de la ville pour respirer l'air pur.
Je voudrais que tu puisses sentir la force de l'amitié,
quand les hommes savent faire preuve de solidarité.
Quand on marche, il y a les rires des enfants,
il y a des petits mots d'amour que l'on entend.
Mon mari, je t'offre juste un poème qui dit « je t'aime »,
un poème qui voudrait te rappeler que la vie est belle.
Tout n'est pas sombre,
je sais qu'on peut mettre de la lumière dans ce monde,
tu n'es pas seul, on est ensemble...
J'espère que tu pourras m'entendre.
-----------------------------------------------------------------


 

Poète Public #12
Poème pour un pyromane

L'amour est une flamme,
à laquelle je ne peux m'empêcher de brûler
Appelle-moi pyromane...
Tant de belles femmes,
comment se limiter ?
Ne m'enferme pas dans une cage,
j'aime trop voler ;
ne m'oblige pas à rester sage,
j'aime trop déconner !
Impossible de choisir un seul bonbon,
je suis beaucoup trop gourmand.
Je suis peut-être mauvais garçon...
mais je suis bon amant !
Je ne veux pas une rose,
je veux tout le bouquet ;
je veux toutes les choses
que la vie peut me donner.
Laisse-moi me brûler encore,
je veux me sentir vivant avant la mort ;
Laisse-moi t'aimer si fort,
essaie de comprendre avant de penser qu'j'ai tord !
-----------------------------------------------------------------


 

Poète Public #11
Poème pour une soeur reconnaissante

On me demande :
"A qui veux-tu adresser un poème ?"
Immédiatement je réponds : « ma sœur,
pour lui dire combien je l'aime ! ».
Nadia, tu es si précieuse,
il y a tant de joie dans tes yeux.
La vie est plus heureuse
quand on est deux.
Toi qui rend le quotidien plus joyeux
avec ton rire contagieux,
Nadia, tu as tellement de courage,
avec toi on peut avancer, tourner la page.
Tu es toujours présente et tu prends soin,
quand ça va mal, quand ça va bien,
toujours là pour un coup de main.
L'une contre l'autre, bien serrées,
Qu'importe les tempêtes à traverser
quand on a une soeur comme toi pour aider,
quand on a une soeur comme toi à aimer.
-----------------------------------------------------------------

Poète Public #10
Poème pour un bon-vivant qui sortait du restaurant

Dans ma bouche, la vie a bon goût :
la saveur d'un bon verre de vin rouge.
Dans mes oreilles, la vie est une belle mélodie
Un opéra qui me transporte en Italie,
des notes qui ouvrent une fenêtre dans ma tête,
qui m'évadent et m'emmènent comme une fête
Dans mes yeux, la vie a du charme,
comme cette femme pleine de grâce,
qui passe, en semblant marcher sur des nuages.
Dans mon nez, la vie sent bon,
bon comme la terre, bon comme la mer,
Dans mon coeur, la vie est belle,
Belle comme la fraternité des militaires,
qui chantent et marchent sur le même air.
Dans ma tête, la vie est douce,
douce comme les mots de Gainsbourg.
Oui, la vie, je la goûte, je la touche,
Je la déguste, je la savoure !
La vie, la vie je n'en laisse pas une miette
et repus, je m'allonge pour une sieste !

-----------------------------------------------------------------


 

Poète Public #9
Poème pour une malade reconnaissante

Nicolas, merci pour ta patience d'ange,
pour ton calme et ta persévérance.
Tu ne baisses pas les bras :
tu restes à mes côtés : fiable, stable.
Tu ne m'abandonnes pas,
tu es la bouée qui me sauve de la noyade.
Tu m'empêches d'aller trop loin dans mes voyages,
tu viens me chercher quand j'ai des hallucinations,
quand la mort exerce une trop forte fascination.
Nicolas, c'est uniquement grâce au soutien que tu m'apportes
qu'aujourd'hui je ne suis pas morte.
C'est grâce à ton aide permanente
qu'aujourd'hui je suis vivante.
Nicolas, juste un poème pour te dire :
tu es quelqu'un d'important, qui compte dans ma vie,
Tu es quelqu'un que j'admire.
Pour votre temps, votre patience, votre éthique,
merci à toi et à toute ton équipe.

-----------------------------------------------------------------


 

Poète Public #8
Poème pour une tibétaine en exil

Je pense beaucoup à mon pays, le Tibet :
les montagnes enneigées,
c'est le plus beau décor,
le froid, les enfants qui aiment jouer dehors.
J'ai du partir en Belgique
à cause des problèmes politiques
à cause de l'oppression de la Chine.
Je suis heureuse d'être ici,
en Belgique, avec mon fils,
même si parler français est difficile.
Souvent je pense à mon pays :
mes amis, ma famille, et je prie.
Ici, je peux voir le Daïla Lama,
ça me redonne de la joie.
Maintenant, ici, je suis chez moi
mais je n'oublie pas.
Je prie beaucoup, je prie pour le Tibet,
pour qu'on retrouve enfin la paix.

-----------------------------------------------------------------


 

Poète Public #7
Poème pour un fils en deuil

Papa, tu prenais tellement de place
Sans toi, immense est le vide.
Toi, mon ami, toi le vieux sage,
Toi, toujours séducteur sous tes rides,
toi qui des femmes était le premier ministre !
Avec toi la vie n'était jamais triste,
Dragueur incomparable,
Rieur, toujours prêt pour une blague,
Papa, tu prenais tellement de place
sans toi, immense est le vide.
Mais elle continue, elle continue la vie,
sans toi, sans toi qui es parti.
Moi ton fils, il me reste la souffrance,
Et qu'il pèse lourd le manque,
après dix jours seulement...
une éternité dans mon coeur,
J'essaie de rire entre les pleurs.
Papa, une nouvelle route s'ouvre,
et pour t'accompagner, tout mon amour.
Ensemble, on reste ensemble malgré la distance,
Puisqu'on dit qu'une personne est vivante
tant qu'il reste quelqu'un pour en parler
alors je raconterai, je me souviendrai, je briserai le silence
Tu vivras dans ma bouche et mes pensées.
Il me reste la fierté,
La fierté d'être ton fils,
le bic glisse
sur une nouvelle page à écrire
sans toi,
mais je sais que tu veilleras sur mes pas,
je te garde avec moi.
Papa, on se retrouvera avec un verre et un bon plat,
je sais que tu m'attendras.

-----------------------------------------------------------------

 

 

Poète Public #6
Poème pour un dragueur optimiste

Jeune fille encore anonyme,
je le sais, en 2018 :
draguer avec de la poésie,
c'est devenu mission impossible.
Mais laisse-moi essayer,
je ne crois pas au hasard,
Ici, maintenant, te rencontrer,
c'était écrit dans les astres.
Tu me plais comme la douceur de la nuit
Tu es plus fraîche qu'un fruit.
C'est vrai, j'ai survécu jusqu'ici...
mais tu as toujours manqué à ma vie !
Aucun mot, aucune poésie
ne peut dire à quel point je te trouve jolie.
Pourtant laisse-moi y croire,
Jeune fille encore anonyme, offre-moi l'espoir,
l'espoir d'avoir une chance de te revoir
ou juste, réussir à poser un sourire sur ton visage,
tant pis si tu ne me laisses pas t'emmener sur d'autres rivages,
tant pis si pour moi tu restes à jamais un mirage.

-----------------------------------------------------------------

Poète Public #5
Poème pour un garçon amoureux

Quand je te vois, j'ai envie de sourire
et aussi parfois, j'ai envie de rougir.
Parce que tu es très belle,
tu brilles comme le soleil,
ta peau est dorée comme le miel.
J'aime tes petits yeux,
parce qu'ils rient tout le temps
Ca me rend heureux.
Toi aussi, je veux que tu sois contente.
Je voudrais t'offrir des cadeaux,
tout ce qu'il y a de plus beau,
je voudrais t'en offrir tous les jours
pour te prouver mon amour.
En attendant, voici un petit poème,
pour te dire que je t'aime

*(écrit pour un petit garçon syrien de 9ans, beau comme un Prince)

-----------------------------------------------------------------

Poète Public #4
Poème pour une (grand-)mère

Ma fille, aujourd'hui je veux t'écrire,
au de-là des kilomètres qui s'étirent,
je veux te dire que malgré la distance,
malgré l'éloignement, le manque intense...
Je serai toujours ta maman.
Ça n'a pas toujours été le cas,
mais aujourd'hui, je respecte ton choix,
même s'il a été dur pour moi.
Ta vie t'appartient,
je respecte ton chemin,
c'est le tien, pas le mien.
Tu seras toujours spéciale :
mon tout premier bébé.
Je t'ai vue devenir femme,
à ton tour enfanter
Trois magnifiques petits-enfants.
Ils m'ont rendue fière,
j'espère, j'espère avoir été une bonne grand-mère,
malgré la distance, l'éloignement, le manque intense.
Aucune mère n'est parfaite,
mais l'amour nous complète.
Je veux rester celle qui t'apaise,
n'hésite pas quand tu m'appelles :
Sois sincère.
Parce que l'amour d'une mère est infini,
parce que je t'aime, je t'aime ma fille.

-----------------------------------------------------------------

Poète Public #3
Poème pour un rappeur

Une rencontre dans le métro,
tu as suivi l'amour des mots :
certains passent, baissent la tête,
toi tu regardes, tu t'arrêtes.
« Qu'est-ce que vous faites ? »
A croire qu'on se reconnaît, entre poètes.
Ralentir la course, prendre le temps.
Se dire « bonjour » sans attentes.
Prêt à prendre quelques secondes,
Disponible pour la rencontre,
Ouvert au partage,
aux poèmes qui se propagent,
aux inconnus qui bavardent,
se reconnaissent dans leur semblable.
La rose prend du temps pour apprendre à s'ouvrir,
L'homme prend du temps pour apprendre à sourire.
Se reconnaître dans son semblable :
Même sang, même âme,
passion du rap, passion du slam :
une seule et même flamme.
-----------------------------------------------------------------

Poète Public #2
Poème pour un homme plein d'espoir

Avec toi, j'habite une petite île privée,
en fermant les yeux, je pourrais voir danser les cocotiers.
Trois années ont passé, sur notre plage imaginaire
et j'ai le sourire chaque fois que je regarde derrière.
Aujourd'hui, je sais qu'il reste une ombre sur ton bonheur.
Je voudrais être celui qui sait apaiser tes peurs,
jusqu'au fond de ton coeur...
Jusqu'au fond de ton ventre.
Je ferai tout mon possible pour te comprendre.
Je voudrais que tu saches que tout va bien se passer,
nos vœux finiront par être exaucés.
Je serai un arbre fort pour que tu t'accroches à mes branches,
pour te soutenir si tu flanches.
Je serai le soleil qui réchauffe tes angoisses patiemment,
Et pour te suivre où que tu sois, je deviendrai le vent.
Respirer un peu mieux,
se fabriquer un ciel bleu,
Juste nous deux.
Je t'offre ma foi pleine d'espoir,
des petites étoiles qui brillent dans le noir.
Toujours là pour toi.
-----------------------------------------------------------------

Poète Public # 1
Poème pour une jeune fille légère

Je marchais tranquille près de la Gare du Nord
Quand j'ai entendu quelqu'un crier très fort
Que se passe-t-il ? Un blessé ? Un mort ?
La vie est si fragile,
toujours sur un fil...
Finalement ce n'était qu'un vol,
juste un vol de téléphone.
Quel boucan ! Quelle panique !
Des cris, une ambiance électrique...
Et la police qui arrive bien vite, moi ?
Moi je les quitte.
Je me dis : la vie est si courte, si belle...
Est-ce vraiment si important le matériel ?
Je me dis : la vie est si triste, parfois si cruelle...
Est-ce que ça en vaut la peine,
pour si peu, de se mettre dans des états pareils ?
Alors je reprends ma route, je souris, je traîne,
je marche si légère que je décolle
et tant pis... tant pis si on me vole mon téléphone !
-----------------------------------------------------------------